logo photo

Législatives 2007



A propos de la médiatisation...



A propos de la médiatisation lors de la campagne des législatives ...

Candidat représentant la volonté d'une écologie indépendante pour Montpellier et sa région, je suis navré de constater que, malgré mon insistance auprès des candidats (qui feignent d'accepter) et des médias locaux, aucun débat digne de ce nom n'aura eu lieu sur l'urgence écologique durant cette campagne des législatives.
 
La 1ère circonscription de l'Hérault est pourtant le théâtre d'enjeux politiques et environnementaux suffisamment importants.
 
Qui peut penser qu'après la signature collégiale du Pacte de Nicolas Hulot, l'actualité du "Grenelle de l'environnement", les grands sujets à polémiques : doublement de l'A9, développement de méga infrastructures (méthanisation, décharge), le quai de transfert du Thôt, l'étalement urbain, l'urbanisation par zones, la gestion du risque d'inondations, nous puissions nous passer d'un tel débat pour l'avenir, et surtout, en priver nos concitoyens !?
 
Nos périodes électorales ne seront-elles toujours que des foires où la forme prime définitivement sur le fond, ou alliances et querelles d'appareils priment sur les programmes et les idées. L'essentiel débat sur le développement durable harmonieux et la démocratie de proximité est encore passé à la trappe.
 
Je n'arrive pas, comme beaucoup, à me résoudre à cette fatalité.
 

« Je maintiens ma candidature»


[midi-libre - 12/05/2007]

3 Questions à ... François Vasquez

CAP21, candidat sur la 1ere circonscription

Le mouvement de François Bayrou et le vôtre Cap 21, ont passé un accord pour présenter des candidats communs. Votre nom  n'a pas été retenu. Que comptez-vous faire ?

Dans la première circonscription, le candidat commun sera Marc Dufour. Mais il dit qu'il garde la place pour Jean-Marie Cavada, si ce dernier veut venir. En ce qui me concerne, je ne suis pas là pour garder la place de quelqu'un ou pour prendre la place d'un autre, je suis là pour occuper la mienne. Je maintiens donc ma candidature et je le ferai sous la bannière de l'écologie citoyenne.

Pourquoi ce maintien ?


Parce que je suis pour la création d'un pôle écologiste indépendant. Si les Verts ont fait un si mauvais score à la présidentielle, c'est par ce qu'ils sont inféodés au Parti socialiste. Si Nicolas Hulot a été crédité de 10 % d'intentions de vote, ça signifie que les Français sont pour des écologistes indépendants. On va voir ce qui va se passer après les légis­latives mais je suis persuadé que vont se dessiner les contours d'un pôle écologiste indépendant.
 
Vous auriez pu vous retirer et attendre l'après-législatives...

Si je ne me présentais pas sur la première circons­cription, qu'est-ce qu'on aurait ? Un Marc Dufour, et là, franchement, je pense qu'on peut trouver mieux pour défendre l'écologie, ou un Roumégas, qui a prouvé son impuissance en acceptant tout de l'Agglomération de Montpellier et de Georges Frêche. J'étais candidat indépendant aux cantonales, où j'ai fait 10 % des voix, il n'y a pas de raison pour que j'arrête.

article ML 12/05/07



L'affiche de la campagne, et le bulletin...

affiche   bulletin

 

Les circulaires de la campagne


profession de foi    Programme

La déclaration         Le programme


 

Non à la récupération


réunion avec Corinne Lepage   non à la récupération

Corinne Lepage « Non à la récupération »


Vous êtes de passage à Montpellier. Pourquoi ?
L'objectif est double : présenter ma candidature à l'élection présidentielle et celles des candidats héraultais aux législatives qui suivront (1). D'ailleurs, c'est ici que s'est constituée la première liste Cap 21 de France. Ils ont été plus rapides, dans le cadre de cette élection essentielle, cette occasion d'aller au-devant de nos concitoyens.

Quel est le sens de votre candidature ?
Je veux éviter une chose : que l'on perde encore cinq ans à ne rien faire du tout en terme d'environnement. A s'en tenir aux gadgets, du type du carburant bio-éthanol, sans cohérence ni moyens. De plus, nous devons parler économie, laïcité, réformes, etc. Reste qu'un danger nous guette : celui de la récupération de la préoccupation écologique. Un peu comme on nous a fait le coup de la fracture sociale, en 1995.

On imagine Cap 21 déjà courtisé dans l'optique des futures municipales. Est-ce le cas à Montpellier ?
Je n'en sais rien. En France, il y aura des alliances possibles avec la gauche, comme avec la droite. Mais seulement sur la base d'un projet. Pour la présidentielle, on discute avec les Verts dans d'autres régions. Sans pour autant envisager une candidature unique. Au-delà, le parti écologiste, peu importe lequel, sera majoritaire dans le premier quart du siècle. Ce sera une question de survie. On a cinq ou dix ans pour agir.

(1) 1re circonscription, François Vasquez ; 2e, Philippe Machetel ; 3e, Georges Fandos ; 4e, Ernest Comunale ; 6e, Nicole Lescure ; 7e, Olivier Goudou ; 5e, en cours.
Corinne Lepage